dahra-poste@live.com
 
  . .

 

 

 

 

                

                            

 

 

      

 

 
     
           
            

     

               
                         


 | 
 

 

         
daka2
Admin
avatar

: 857
: 15/06/2008

:     24 2008 - 17:02

Abu Imran Moussa, Abu Zakaria Yahia , dminents savants, ont profess dans lantique mdersa qui a accueilli un millier dtudiants et de nombreux disciples, tels Cheikh Mohamed Ibn Abdelmoumen et autres


Au bout dune route troite, en lactes, Mazouna love au creux dun vallon verdoyant, accroche ses lots de maisons. Ses ruelles aux flancs des collines, et sur les rives escarpes de loued Haman.
Dans le quartier encaiss de Boudloul, la mdersa Mohamed Ibn Charef dresse sa faade de grs ocre.
Construite au XIme sicle de lhgire, son prestige, son rayonnement d tendront tout le Maghreb. Pole culturel dispensera, prs de quatre sicles, lenseignement des sciences islamique et du droit musulman. Dninents savants comme, notamment, Abu Imran Moussa, et Abu Zakaria Yahia, auteurs respectivement de Dabadjet El iftikhar et Edouar El Maknouna fi Nawazil Mazouna publie au XVme sicle y professeront.
Un millier dtudiants de nombreux disciples tels Cheikh Mohamed Ibn Abdelmoumen . Mohamed Ben Ali El Medjahri, fondateur de la clbre Senoucia qui rgnera en Libye Abu Ras El Mascari, les Moulay du royaume chrifien ,rejoindront les bancs de la mdersa . Parmi eux galement Cheikh Mohamed Belgendouz, Si Mhamed Graine Si Arezki Touil originaire de kabylie et Cheikh Bouabdelli. Base sur la tradition collective de la Rethba. Lhbergement et la restauration des tudiants taient totalement assurs par la population .

6000 manuscrits constituaient le fonds de sa bibliothque, la mdersa produisant elle mme, quantit de livres crits la main, soigneusement calligraphis et enlumins. Seule une centaine. en possession chez des particuliers ou rangs dans une armoire de ce qui fut, a lpoque, une vritable universit. A pu tre difficilement conserv. Dans un tat souvent dcrpi lon recense un Sahih Muslim offert par le bey Othman a Abu Taleb El Mazouni un Tefsir El Qoraan en quatre tomes de sidi khellil un Sahih El Boukhari un trait sur la Chaaria El Islamia et un livre des animaux de djameleddine demari, uvres datent parfois de plus de quatre sicles.
La fondation de la ville remontrait, selon Marmol, chroniqueur espagnol du XVI EME sicle a lpoque romaine. plaine le jeune. crivain latin du premier sicle de lre chrtienne consignera dans ses crits la qualit les crales de cette rgion du Dahra, les criteaux, les ruines romaines trouvs prs du village de Hamri jusquen 1847.tmoignent de ce pass .mort en 548 de lhgire, le gographe El Idrissi louera larchitecture ,les jardins, la topographie, les activits commerciales et artisanales de la cit.
Pour Ibn khalboun, cette dernire aurait t fonde au XIIEME sicle par Abderrahmane. Chef de la tribu berbre des maghraoua. lhistorien Abu Rass estime quant lui, sa cration on 565 de lhgrie et Mohamed Ben Youcef sa destruction en 665. Autant de versions dhypothses qui attestent lanciennet de la ville de son importance de centre conomique et historique du Maghreb. Sa dnomination signifierait, suivant diffrentes lgendes, terre des hommes fort ou source de la princesse Zouna. Elle proviendrait aussi du nom dun roi , de pices de monnaie dites Mazouna ou de la qualit des pturages de la rgion .
Vers le XIIme sicle, agite par les dissensions politique, puise par les guerres et les alliance des Maghroua avec les Abdelwahids, les Merinides et les Hafsids, la cit connatra la dcadence.

Chef-lieu de beylik pendant la priode turque , elle participera partir de 1543. a la libration dOran tenue par les Espagnols. Les Beys Ben Khedidja , Sayeh, Souag et Chabane Zenagui y conduiront de nombreuses incursions. Le savant Cheikh Mohamed Ben Ali Abu Taleb El Mazouni accompagn de deux cents tudiants de la mdersa, prendra part quatre-vingt ans ces batailles a son fils Sidi henni prendra la vie lattaient de nouveau centre les espagnoles. Mazouna lors du soulvement du Dahra, combattra vaillamment jusquen 1847 , loccupation franaise, fournissant montures orge et moudjahidin aux troupes de lEmir Abdelkader. Elle sera galement au rendez vous de linsurrection nationale de Novembre 1954.
Formant enseignants et cadis de grande rputation lieu de justice. La mdersa mnera notamment le combat contre le lobscurantisme. Ses efforts , pour sauvegarder et diffuser le patrimoine arabo-islamique la feront connatre et apprcier des lettrs, des scientifiques et des juristes renomms de lpoque. A la mort, en 1944, du Cheikh Sidi Mhamed Ben Abderrahmane, sous diverses contraintes coloniales, elle cessera ses activits denseignement. Seule sa mosque continue daccueillir de nombreux fidles.



MZOUNA : ENTRE LE PASSE ET L'AVENlR
LA PRESTiGEUSE MEDERSA DE MOHAMED IBN CHAREF
UN RAYONNEMENT CULTUREI. AUX DIMENSiONS HISTORIQUES

Nous entamons aujourd'hui l' histoire fconde d' une rgion, mais aussi et surtout celle de la fameuse Mdersa de Mazouna, qui a eu un rayonnement culturel indniable, pendant prs de quatre sicles, au . niveau de tout le pays et parfois au del de nos frontires. Nous abondons galement quelques faits historiques qui se rattachent de trs prs cette cit du savoir et aux hommes de grande renomme qu' elle a forms. Parmi eux, le gre de cette doctrine qu'est~ le senoussisme et' ses effets. Cet ordre maraboutique qui mergea de Ia Mdersa de Mazouna aurait pu avoir une audience encore plus importante, rapportent les historiens. Mais Mazouna restera toujours une capitale intellectuelle et occupera une place de choix tant que la relve des Matres et assure. Plus prs de nous, le rle que joua la Mdersa de Mazouna, les populations, dans Leur participation la lutte de rvolution arme, constituent galement un autre volet de I' histoire contemporaine de cette ville de culture. .
C' est dans le quartier de BoudIoul, l' un des cinq qui forment l' agglomration de Mazouna que se dresse la fameuse medersa qui fut fonde par le Cheikh Mohamed Ibn Charef et porte encore son nom. Cette fondation qui remonterait plusieurs sicles jouera un rle capital en matire denseignement des sciences islamiques nota,mment et de l' tude du droit musulma. n en particulier. Les tudiants de tous horizons et de toutes classes qui se sont succd atteignaient . jusqu' 200 la plupart du temps. Pourquoi un rayonnement et un succs aussi important ? Sans doute, nous confie l'actuel descendant du fondateur, le Cheikh Hadj Mohamed Henni, IMAM de cette prestigieuse mosque, sans doute parce que les matres de ce sanctuaire de la science ont russi grce un enseignement somme toute rvolutionnaire, dont le secret est qu' il tait accessible tous les niveaux .
Notre interlocuteur qui plusieurs reprises a bien voulu nous recevoir, nous a perm,is de constater que les traditions d'hospitalit sont toujours b;en ancres dans la rgion. II nous a permis de reconstituer galement plus ou moins cette histoire de Mazouna, mais surtout le rayonnement scientifique et cultuel de cette vritable citadelle du savoir. Une citadelle qui, auparavant, ne cherchait qu' se replier sur elle - mme et qui une priode donne, grce la cration de cette mdersa l' origine aux ambitions trs modestes, s' est vu contrainte de s' ouvrir au monde. Au plan strictement intellectuel la mdersa de Mazouna occupa une place importante unique dans toute la rgion. Ce fut un lieu se culture et de justice dont le nombre d'tudiants venus de diffrentes rgions jusqu' 700 - atteste de sa renomme . une renomme renforce par les facilits que recevaient les tudiants qui taient entirement la charge de la professeurs explique galement ce prestige et le rayonnement dont a joui cette vritable universit de l' poque .


Un rayonnement prestigieux


EI Hadj Mohamed Henni qui nous a longuement rapport les diffrentes pripties de ~ cette mdersa, nous rappelle . qu' en matire de rayonnement, celle- ci a permis la formation de personnages illustres en particulier au Maghreb. En fait, la mdersa tait tellement importante que les . diplmes qu'elle attribuait - il s' agissait de vritables crmonies - permettaient toujours aux laurats de sa placer automatiquement en tant que cadi. Chose, il faut le rappeler, trs . importante pour l' poque. La. mdersa tait tellement clbre qu' on y venait de toute part.
Ainsi parmi les noms illustres qui nous ont t cits, on peut se faire une ide du rayonnement de cette cit du savoir.
Ainsi ple-mle, on. nous citera les Ben Allem du royaume chrifien, Si Bouabdelli de Bethioua, les Moulay du Maroc, le Cheikh R'massi, Sidi Ahmed Bentekouk de M'djaher dans la rgion de Bouguirat, Sidi Adda, Sidi Bouras de Mascara. De Kabylie, il y eut Si M'hamed Graine, Si Asezki Touil et bien d'autres venus de divers horizons et qui ont t marqus par des tudes de renomme telle, que leurs consquences restent encore vivaces aujourd'hui. Mais sans doute l' un des plus clbres tudiants fut-il le Cheikh Si Mohamed Ben Ali E Senoussi qui tait originaire du douar Torch et qui, diton, est n en 1791 prs de Bouguirat.
C' est de cette Mdersa de Mazouna que jaillit l' extraordinaire et mystrieuse aventure du Senoussisme, cet ordre maraboutique qui a eu des influences trs grandes. Si Mohammed Ben Ali El Sanoussi fit ses tudes Mazouna auprs des matres Boutaleb et Si Bouras. Il commena ensuite prcher sa doctrine. Celle - ci ne tarda pas se rpandre et connut un vif regain en Cyrnaque partir de. la Zaouia initiale de Djaraoub s' tendant jusqu' au Sahara oriental et au Nord du Nigeria.. Ce fut l'un des rares ordres maraboutiques a l' origine d' un Etat durable : le petit fils du fondateur tant l'ex-roi Idriss de Libye. Mais bien des mystres enveloppent l' origine de ce mouvement politico-religieux qui aurait d jouer un rle politique bien plus important l'chelle maghrbine la fin du XIXme sicle.
Rebelles contre toute occupation

L' impact et le rayonnement de 1a Mdersa de Mazouna, comme on peut le constater. sont trs importants. Ils le furent du mains une certaine poque et pendant prs de quatre sicles, cette fondation s' est impose en la matire et l' on retrouce ce
jour de nombreux disciples de ce que l' on est enclin d' appeler une zauia mais qui ne l' est ce pendant absolument pas car contrairement aux zaouias, il s' agit d' un institut d'tudes, voire de recherches islamiques et non un site maraboutique ou de plerinage poulaire.
Bien plus, ici on ne peroit pas d' argent et tous les cours y sont .gratuits, le gte et le couvert tant galement assurs, la population facilitant cette activit en contribuant aux fais gnraux par des dons (retba).

Lutte culturelle et lutte arme

Au-del de ce rayonnement culturel, il est intressant de souligner que Mazouna depuis des temps immmoriaux lutter contre les oppresseurs. n'a jamais cess pour autant de se mobilier pour combattre.
Ainsi, durant l'occupation espagnole, le matre Cheikh Mohamed Ben Ali
Boutaleb El Mazouni, g l' poque de quatre vingt ans, prit avec lui quelque deux cents tudiants pour lutter contre l'envahisseurs espagnole .
Il partit Mascara puis Oran abandonnant sa monture aux blesss et malades. Aprs sa victoire, les Turcs lui firent construire l' actuelle medersa qui conserve d ailleurs toujours un exemplaire du livre Shih Muslim que le Bey Othmane a offert au Cheikh Boutaleb. Celui-ci est all combattre les espagnols en compagnie de son fils Henni qui est dcd la suite d~e ses blessures .
On raconte que ce dernier a rendu l'me dans ce village qui porte aujourd'hui le nom de Bou henni. Il a t enterr Mazouna.
Plus prs de nous, la participation des populations de la rgion, aux nombreux soulvements qui se sont succd contre les occupants fait de nombreuses victimes dans les rangs de ces patriotes acharns qui n'ont jamais accept le joug colonial et ce, depuis les poques les plus recules.
Enfin et comme de juste, durant la lutte de Rvolution arme. Mazouna et toutes les populations du Dahra ont sacrifi les meilleurs de leurs fils afin que nous puissions vivre libres et indpendants.

Ces luttes incessantes d' un peuple fier, qui ne s' est jamais pli I' autorit coloniale, taient sans doute attendues et prvisibles ; ragissant de la nature mme de ces hommes des djebels qui forment lessentiel de nos populations actuelles.
Nous ne pouvons certes pas, en si peu de place dans nos colonnes, narrer l' histoire de ces luttes, mais il reste vident que cela se fera. sans doute l' avenir comme il sera intressant galement de rapporter ici les liens qui unissent les diffrentes zouis (pluriel de zaouia) de l' ouest, en par-ticulier celles de Kaddiria, de Belahouel, de Mazouna, de Bethioua, et autres hauts-lieux culturels et rvolu-tionnaires, et le rle considrable et trs souvent mconnu de tous ces cheikh et taleb que l' on dnomme communment des marabouts. Le colonialisme d' ailleurs a toujours tent grce ses services spciaux de se garantir leur assistance tant donn particulirement celle des diffrentes doctrines qui y taient enseignes et l' inf-luence de ces notables et plus qui, nous le savons tous, avaient une influence certaine sur nos populations. C' est la raison qui fait que nos cheikhs, nos talebs, aient, dans bien des cas, utilis les mdersa ou les lieux du culte pour sensibiliser l' opinion, la mobiliser contre l' occupant, en un mot adhrer au djihad qui a v~a la naissance de notre rvolution. Et si Mazouna et son universit enseignaient surtout le droit et les sciences islamiques, il n'empche que l'aspect rvolution et mobilisation ont eu, en leur temps; tout le loisir de se concrtiser et de tisser cette toile de fond qui tait indispensable au djihad et la lutte arme nationale.

[url=http://www.0zz0.com][/url]
[b]
    
http://mazouna.1fr1.net
 
          
1 1

:
 ::   ::  -